Mur méditerranée - Louis-Philippe Dalembert

 

À Sabratha, sur la côte libyenne, les surveillants font irruption dans l'entrepôt des femmes. Parmi celles qu'ils rudoient, Chochana, une Nigériane, et Semhar, une Érythréenne. Les deux se sont rencontrées là après des mois d'errance sur les routes du continent. Depuis qu'elles ont quitté leur terre natale, elles travaillent à réunir la somme qui pourra satisfaire l'avidité des passeurs. Ce soir, elles embarquent enfin pour la traversée.
Un peu plus tôt, à Tripoli, des familles syriennes, habillées avec élégance, se sont installées dans des minibus climatisés. Quatre semaines déjà que Dima, son mari et leurs deux fillettes attendaient d'appareiller pour Lampedusa. Ce 16 juillet 2014, c'est le grand départ.

*****

Sujet d'actualité pour une époque qui cherche sa voie. Dans un monde qui perd le nord, ils sont toujours plus nombreux à chercher une issue, au péril de leur vie. Ce n'est pas le premier des livres que je lis sur le sujet, mais il est l'un de ceux qui permettent le mieux d'envisager la complexité et la diversité de ces courants migratoires qui conduisent de l'Afrique vers l'Europe.

En 2014, plus de 210 000 migrants ont tenté de traverser la méditerranée. Plus de 3 400 d'entre eux ont perdu la vie lors de cette traversée. Cette même année, le 18 juillet, le pétrolier Torm Lotte répond aux appels de détresse de chalutiers perdus en mer et portera secours à 569 migrants, hommes, femmes et enfants, originaires d'Afrique subsaharienne, du Maghreb, du Moyen-Orient et de la péninsule Arabique. L'équipage danois apprendra plus tard que 181 voyageurs sont portés disparus.

C'est à partir de ce fait divers, tellement tragique mais tout aussi banal aujourd'hui, que Louis-Philippe Dalembert construit son récit. Dans ce texte, l'auteur nous fait découvrir les itinéraires et les histoires individuelles des migrants. En l'occurrence, ceux de trois femmes, de caractère et d'origine très différents, mais qui partagent les mêmes aspirations. Il y a Chochana, nigériane, qui rêve d'une vie meilleure loin de la misère et de la sécheresse. Semhar, érythréenne, fuit la dictature dans l'espoir aussi d'un avenir heureux. On les suit dans leur parcours à travers l'Afrique, soumises au bon vouloir des passeurs et des réseaux qui organisent la fuite selon des règles que l'on ne comprend pas, si ce n'est l'importance de la violence et de l'argent. Dima, elle, fuit la Syrie avec sa famille. Elles se retrouvent toutes les 3 à l'embarquement, direction l'Europe de tous leurs espoirs.

J'ai beaucoup aimé les portraits que nous dresse Louis-Philippe Dalembert de ces aventurières de la misère et de la souffrance. On y découvre des femmes ordinaires, qui rêvent de liberté et de sécurité. Des femmes de caractère qui espèrent trouver ailleurs ce que leurs pays ne leur offrent plus, soumis désormais aux intérêts économiques et stratégiques qui les dépassent, premières victimes des dérèglements climatiques dont on glose tant en occident, sans en percevoir concrètement les conséquences… pour le moment. L'auteur nous présente également des pays où  sévissent la violence, la haine, le racisme et la peur de l'autre. Quelques lueurs d'espoirs et d'humanité persistent malgré tout, apportant un peu de lumière à ce récit.

Ce roman de Louis-Philippe Dalembert ne tombe pas pour autant dans le larmoyant ni le pathétique. L'auteur reste à distance de son sujet : nul besoin d'en rajouter, le réel est déjà tellement dramatique. Si les parcours de ces trois femmes est terrifiant, on les suit plutôt comme des journalistes, un peu en marge de leur quotidien. Pour faire le lien avec L'opticien de Lampedusa, je suis ici restée en marge des récits. Louis-Philippe Dalembert nous protège et nous informe, tandis que le texte de Emma-Jane Kirby m'avait profondément bouleversée, révoltée. C'est peut-être ce qui m'a manqué dans Mur méditerranée, ce manque d'émotion et cette difficulté à se sentir vraiment proche de ces trois femmes.

Quoiqu'il en soit, on ne peut regretter cette lecture qui nous maintient en éveil par rapport à ce qui se passe à nos portes, dans cette mer qui rassemblent chaque été tant de touristes en mal de soleil. Nous ne pouvons nous contenter de dénombrer ces milliers de vies perdues chaque année en méditerranée et de nous émouvoir lorsque les médias nous montrent ces corps d'enfants déposés sur les plages. Grâce à des livres comme celui-ci, nous entendons, apprenons l'histoire de ceux qui fuient, nous en parlons et pouvons encore nous révolter et agir.

Mur méditerranée - Louis-Philippe Dalembert
Editions Sabine Wespieser - août 2019 - 326 pages


Si le thème de l'exil vous intéresse, voici quelques idées de lecture :

https://itzamna-librairie.blogspot.com/2017/06/marx-et-la-poupee-maryam-madjidi.html    https://itzamna-librairie.blogspot.com/2018/05/desorientale-negar-djavadi.html    https://itzamna-librairie.blogspot.com/2018/04/le-bleu-des-abeilles-laura-alcoba.html    https://itzamna-librairie.blogspot.com/2017/03/le-ventre-de-latlantique-fatou-diome.html


https://itzamna-librairie.blogspot.com/2017/02/lopticien-de-lampedusa-emma-jane-kirby.html    https://itzamna-librairie.blogspot.com/2018/05/mostarghia-maya-ombasic.html    https://itzamna-librairie.blogspot.com/2018/04/reves-oublies-leonor-de-recondo.html



1ère lecture RL2019






Commentaires

Billets les plus lus

Ásta - Jón Kalman Stefánsson

La légende d'Aquazuria - Brigitte Cassette

Six femmes - Tina Seskis