dimanche 17 juin 2018

Les quatre de Baker Street (T1) - Djian - Legrand - Etien

Le Mois anglais m'entraîne de nouveau dans l'East End londonien de la toute fin du XIXème siècle, début du XXème, fréquenté par Sherlock Holmes. Après avoir mené l'enquête avec Enola Holmes, la sœur du célèbre détective, me voici en compagnie des "irréguliers de Baker Street", des enfants des rues que Sherlock Holmes emploie parfois pour faire le guet ou obtenir des renseignements. Ces enfants apparaissent régulièrement dans les romans de Sir Arthur Conan Doyle, et pour la première fois dans Une étude en rouge, paru en 1887. Dans cette série, les enquêtes sont menées par trois de ces enfants, Charlie, Billy et Tom, accompagnés de Watson, le chat qui se joint à l'aventure dans ce 1er tome.

Les quatre de Baker Street de Djian - Legrand - Etien.
Éditions Vents d'Ouest, janvier 2009, 56 pages.

samedi 9 juin 2018

Les enquêtes d'Enola Holmes - Nancy Springer & Serena Blasco

Ma participation au Mois anglais organisé par Lou & Cryssilda me donne l'occasion de m'aventurer en terres inconnues. Il est probable que je ne me serais pas plongée dans cette lecture, même si la couverture avait déjà attiré mon regard. En cherchant à construire ma liste de lectures pour ce mois de juin, je me suis dit que l'occasion était trop belle d'emprunter quelques livres jeunesse. Je découvre donc cette sympathique série tirée des romans de Nancy Springer, adaptés en bande dessinée par Serena Blasco. 5 BD sont sorties à ce jour, quand 6 romans ont été écrits. Pour ce rendez-vous, j'ai lu le premier album, "La double disparition".

Les enquêtes d'Enola Holmes de Nancy Springer & Serena Blasco.
Éditions Jungle !, septembre 2015, 56 pages.


mercredi 6 juin 2018

Testament à l'anglaise - Jonathan Coe

Ca commençait pourtant bien : rendez-vous du Blogoclub ET du Mois anglais, cette lecture venait fort à propos. De plus, effort extraordinaire pour moi, j'ai emprunté mon livre à la bibliothèque ! J'ai pourtant hésité par ce que c'est une édition grand format, avec couverture rigide... je n'aime pas vraiment ce type de format. Après avoir hésité à filer à la librairie l'acheter en poche, je me suis dit que j'allais essayer de tenir un peu ma seconde résolution de l'année : après avoir décidé de faire baisser un peu ma PAL, je me suis dit que j'allais aussi essayer de retourner emprunter des livres à la bibliothèque. Sauf que là, ces 500 pages, représentaient un effort bien plus important qu'un simple emprunt en bibliothèque !

Testament à l'anglaise de Jonathan Coe.
Éditions Gallimard, octobre 1995, 498 pages.

jeudi 31 mai 2018

Comité de lecteurs - L'exil - Bilan


Participer à des clubs de lecteurs est toujours l'occasion de passer un bon moment à parler bouquins, mais aussi, et surtout, de découvrir des textes vers lesquels nous n'irions pas naturellement. Cette fois-ci, le thème retenu pour le Comité de lecteur de la bibliothèque Libre Cour, à Vertou (44), était celui de l'exil. A travers 6 pays d'origine et 6 histoires très différentes, qui puisent dans l'histoire ou dans l'actualité, les bibliothécaires nous ont proposé 6 textes qui portent la marque de l'exil. J'en ai lu 5 et ce fut plutôt un bon cru. Petite synthèse...



mardi 29 mai 2018

Mostarghia - Maya Ombasic

Voici ma dernière lecture pour le Comité des lecteurs sur le thème de l'exil. Et pas n'importe laquelle puisque ce récit a obtenu le prix 2017 de la littérature de l'exil. Cette fois-ci, nous partons de Yougoslavie, au début des années 1990, au début de la guerre. Fuyant la guerre et Mostar, la ville de Bosnie-Herzégovine où elle a grandit, Maya trouve refuge en Suisse avec sa famille où elle passera son adolescence, avant de partir vers le Canada. L'auteur retrace son parcours et celui de son père dans l'exil. Mon avis est encore partagé sur cette lecture. J'ai apprécié le côté historique du roman, le récit de Maya... mais j'ai été profondément agacée par le personnage de son père et par la place excessive qu'il prend dans ce livre.

Mostarghia de Maya Ombrasic.
Éditions Flammarion, 8 mars 2017, 240 pages.

samedi 26 mai 2018

Les derniers jours de Stefan Zweig - Laurent Seksik

Tout le monde connaît Stefan Zweig, écrivain autrichien de la fin du 19ème siècle, début 20ème. Auteur de 26 romans, 8 pièces de théâtre, 26 essais et biographies... dont je ne connais que Le joueur d'échecs et Le bouquiniste Mendel. J'avais vu une superbe représentation au théâtre du Joueur d'échecs il y a... 20 ans !!! Bref, pour cette quatrième lecture choisie pour le Comité de lecteur sur le thème de l'exil, j'ai découvert avec ce récit les derniers jours de la vie de Stefan Zweig. On connaît donc la fin de l'histoire : le suicide à Petrópolis (Brésil) de l'écrivain et de sa femme, Lotte, le 22 février 1942. Ce que l'on ne sait pas, c'est l'enchaînement des évènements et ce qui provoque la chute. Intéressant.

Les derniers jours de Stefan Zweig de Laurent Seksik.
Éditions Flammarion, 13 janvier 2010, 187 pages.

mercredi 16 mai 2018

Charlie et la chocolaterie - Roald Dahl

Aujourd'hui, je voulais vous parler de Roald Dahl, un auteur que j'ai découvert grâce à ma fille, et à la diffusion du film de Tim Burton, Charlie et la chocolaterie, avec Johnny Depp, que nous avons regardé cet hiver en famille. C'est après avoir vu le film que j'ai acheté le livre et que nous avons commencé la série. J'ai été emballée par le film, comme toujours avec ce duo Burton / Deep. La lecture du livre après coup était tout autant appréciable. Il s'agit là d'un grand classique de la littérature enfantine, agrémenté des illustrations emblématiques de Quentin Blake. Depuis, nous avons découvert pas moins de 8 titres, et deux nous attendent dans la chambre de ma fille. Nous avons été emballées par ces univers fantastiques.

Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl.
Éditions Gallimard Jeunesse, coll. Folio Junior, 224 pages.

vendredi 11 mai 2018

Désorientale - Négar Djavadi

Voici ma troisième lecture pour notre prochaine rencontre du Comité de lecteurs sur le thème de l'exil. Après deux courts récits, Rêves oubliés de Léonor de Secondo et Le bleu des abeilles de Laura Alcoba, ce troisième texte est beaucoup plus dense et mélange la petite et la grande histoire, celle de la famille Sadr et celle de l'Iran, des relations entre l'Orient et l'Occident... Les clés de lecture sont nombreuses : outre l'Histoire de l'Iran depuis le début du XXème siècle, il y a celle de Kimiâ et de sa famille, de Sara et Darius, d'Emma et de Nour, les "mères" de la famille, il y a le récit de l'exil, la souffrance et la solitude, mais aussi celui de l'adolescence, de la découverte de la sexualité, le besoin impérieux de liberté. Un texte foisonnant et très riche. Passionnant.

Désorientale de Négar Djavadi.
Éditions Liana Levi, août 2016, 350 pages.

mercredi 25 avril 2018

Les contes de la ruelle - Nie Jun

Cet album m'a tapé dans l'œil sur la table des nouvelles acquisitions de la bibliothèque. J'aime ces dessins pleins de douceur et de poésie, ces couleurs fraîches et printanières. Je suis sensible à ce talent tout asiatique de la représentation d'une nature envoûtante, comme on peut la retrouver chez Taniguchi. On y retrouve la sensibilité des estampes asiatiques, que l'on peut voir sur les éventails ou les paravents. Quant aux quatre histoires qui composent cet album, elles sont, elles aussi, remplies de poésie et de douceur.
Un très bel album pour célébrer le printemps qui pointe enfin son nez.

Les contes de la ruelle de Nie Jun.
Éditions Gallimard BD, mars 2016, 128 pages.


dimanche 22 avril 2018

Thérapie - Sébastian Fitzek

Bien lancée sur le chemin de l'objectif PAL, je poursuis en avril avec un thriller qui trône lui aussi depuis un bon bout de temps dans ma bibliothèque. Pour mémoire, je me suis fixée au début de l'année comme première (et unique) résolution, celle de lire chaque mois au moins un titre de ma PAL. Mon petit calendrier est présenté dans le billet Résolution 2018 - réduction de PAL. J'y ai ajouté quelques lectures communes, et avec ce Thérapie, j'atteins ma 7ème lecture toute droit issue de ma PAL. Et comme je me suis aussi lancée le défit de retourner à la bibliothèque pour moi (et pas seulement pour ma fille...), j'arrive à contenir l'inflation ! Depuis le début de l'année, seuls 7 livres sont venus alourdir mes étagères. Et alors, me direz-vous, ce thriller ?

Thérapie de Sébastian Fitzek.
Éditions l'Archipel, novembre 2008, 277 pages.

mercredi 18 avril 2018

Le bleu des abeilles - Laura Alcoba

Après les Rêves oubliés de Léonor de Récondo, voici ma seconde lecture sur le thème de l'exil. Après les souvenirs d'une famille fuyant l'Espagne de Franco en 1936 vers le pays basque, nous suivons le parcours d'une fillette qui quitte l'Argentine au début des années 1980 pour rejoindre sa mère arrivée en France quelques années auparavant. Depuis 1976, l'Argentine est dirigée par la junte militaire du Général Videla qui multiplie les disparitions, les détentions arbitraires et la torture contre les opposants politiques, leurs familles, les amis, les voisins... dans les 500 centres clandestins de détention. C'est là qu'est détenu le père de la narratrice quand elle quitte l'Argentine. Elle partage avec nous la découverte de son nouveau pays, de sa nouvelle langue... de sa nouvelle vie.

Le bleu des abeilles de Laura Alcoba.
Éditions Gallimard, Août 2013, 128 pages.