La légende d'Aquazuria - Brigitte Cassette

J'ai un peu de mal cette année à faire les billets de mes lectures : je dois en avoir une petite dizaine de retard. Mais là, il faut absolument que je vous parle de ce roman jeunesse. Je l'ai trouvé à la bibliothèque, dans le stock des livres au rebut. Je l'ai pris un peu par hasard, pour sa couverture surtout. Nous venons d'en terminer la lecture : j'ai a-do-ré. Et ma puce aussi.
Ce que j'ai aimé, moi, c'est l'écriture d'abord. Il m'est rarement arrivé de lire un texte aussi riche et avec un vocabulaire exigeant sans être pourtant incompréhensible par les plus jeunes (ma fille a 8 ans). Et pour le parent, quel bonheur de lire à haute voix un tel récit !
La deuxième chose que j'ai beaucoup aimé, c'est le sens du récit. Sous la forme du conte, il est une parabole du monde qui est aujourd'hui le nôtre, où l'argent est plus important que ce qui est indispensable à notre survie, à savoir la nature, et l'eau en l'occurrence.

La légende d'Aquazuria - Brigitte Cassette
Editions A contre Sens, octobre 2010, 174 pages



Présentation de l'éditeur :

Quel esprit malfaisant fait-il planer son ombre sur la paisible cité d'Aquazuria ? Quel plan machiavélique met-il en péril la vie de ses habitants ? Ni Louis le boulanger, ni Stanislas le bûcheron, ni même Anselme le chef respecté, ne se doutent qu'ils vont être la proie d'une machination cruelle, orchestrée par la plus ténébreuse des sorcières…

En nous offrant ce récit, Brigitte Cassette s'inscrit dans la ligne pédagogique et éducative des éditions À Contresens. Bien qu'appartenant aux légendes, son ouvrage met avec habileté les jeunes lecteurs face à l'une des questions essentielles de notre temps : le prix de l'eau.

A partir de 10 ans


Ma lecture :

Je découvre à l'instant que ce livre s'adresse aux enfants de 10 ans ou plus. La question du vocabulaire justifie très certainement cet âge minimum pour lire seul ce livre. Quand il s'agit de la lecture du soir avec les parents, je pense qu'il peut être abordé un peu plus jeune, avec quelques explications parfois. Mais c'est un tel plaisir de lecture qu'il mérite d'être partagé sans attendre ! Sans oublier les illustrations au crayons qui sont très belles elles aussi.

"Dans ces temps reculés, si éloignés que la mémoire des anciens n'en a conservé trace, existait en ce pays un village nommé Aquazuria. Tel un joyau jalousement soustrait aux regards du monde, celui-ci se nichait au cœur d'un vaste écrin de verdure modelé de plaines et de vallons. Ce site difficile d'accès présentait un avantage : le village s'épanouissait gaiement, sans l'ombre d'un péril, car préservé de toute menace qui aurait pu nuire à ses habitants."

Aquazuria donc, un petit village isolé et préservé des violences de ce monde, qui vit dans l'harmonie et l'insouciance. Jusqu'à ce l'assemblée des sorcières désigne Discordante comme la meilleure sorcière de l'année, et que la reine des sorcières lui confie le défi d'aller répandre le chaos et la zizanie parmi les habitants de ce village connu pour la paix qui y règne. Discordante se présente donc dans le village sous les traits d'une belle jeune fille et promet aux habitants la richesse éternelle. Mais on se doute bien que ce cadeau n'est pas gratuit et les villageois devront faire le choix entre l'eau et l'or. Et on se doute bien que si l'or coule à flots, l'eau finira par manquer.

Sous la forme d'un conte, l'auteure invite son jeune lecteur à réfléchir sur ce qui est essentiel à la vie, sur la manière dont les Hommes sont prêts à saccager leur environnement pour obtenir toujours plus de richesses et devenir ainsi les puissants. Et ce même si leurs enfants meurent de soif. L'argument est simple, mais l'écriture et les réflexions qui l'histoire peut susciter en font un récit très riche. Les états d'âme des personnages, leur humilité face à la catastrophe qui s'annonce, les voix discordantes qui s'élèvent, craignant de perdre leur pouvoir en même temps que la richesse… font de cette histoire un très beau support à discussion avec les plus jeunes. Un bel ouvrage à offrir ou à lire le soir avant d'éteindre la lumière.

"Vous avez fait de l'or le maître de votre vie, vous en êtes devenus les esclaves. Son éclat vous a séduit si fortement que cet amour pour lui a assombri vos cœurs. Vous avez cru qu'il vous apporterai davantage de liberté, mais vous avez été dupés. Il vous a dominé et vos soucis se sont agrandis." 

Vous pouvez d'autres avis chez La valse des pages, L'ombre de Skarn-sha ou encore Les mots de nanet.






Commentaires

Billets les plus lus

Ásta - Jón Kalman Stefánsson