dimanche 17 juin 2018

Les quatre de Baker Street (T1) - Djian - Legrand - Etien

Le Mois anglais m'entraîne de nouveau dans l'East End londonien de la toute fin du XIXème siècle, début du XXème, fréquenté par Sherlock Holmes. Après avoir mené l'enquête avec Enola Holmes, la sœur du célèbre détective, me voici en compagnie des "irréguliers de Baker Street", des enfants des rues que Sherlock Holmes emploie parfois pour faire le guet ou obtenir des renseignements. Ces enfants apparaissent régulièrement dans les romans de Sir Arthur Conan Doyle, et pour la première fois dans Une étude en rouge, paru en 1887. Dans cette série, les enquêtes sont menées par trois de ces enfants, Charlie, Billy et Tom, accompagnés de Watson, le chat qui se joint à l'aventure dans ce 1er tome.

Les quatre de Baker Street de Djian - Legrand - Etien.
Éditions Vents d'Ouest, janvier 2009, 56 pages.


Présentation de l'éditeur :

Sherlock Holmes est un brillant détective connu dans tout Londres. Pourtant, sur certaines affaires, il fait parfois appel à des espions peu communs : trois enfants répondant au nom de Billy, Charlie et Black Tom. Alors qu’ils viennent d’'être payés pour une mission de filature, Black Tom quitte ses amis pour aller rejoindre Betty, une petite fleuriste pour qui il éprouve quelques sentiments. Alors qu’'il se trouve sur le trottoir d’'en face, il assiste à une scène aussi singulière que soudaine : elle se fait enlever par des hommes, qui fuient en calèche. Le seul indice retenu par Black Tom est le tatouage que porte à la main l'’un des kidnappeurs : un crâne surmonté d'’une couronne, avec deux roses sur les côtés. Les trois enfants filent avertir Sherlock Holmes, au 221bis Baker Street. Comble de malchance, celui-ci s'’est absenté pour une enquête… Ils doivent donc mener la leur, et commencent par se rendre auprès d’'un dénommé Patch, espérant recueillir quelques informations. Là bas, l’'accueil qui leur est réservé n’'est pas vraiment celui qu’'ils attendaient. Mais qu’'attendre du roi des mendiants… ?


Ma lecture :

Pour moi, le Mois anglais c'est Miss Marple, Harry Potter, les ambiances de Jane Austen et, bien sûr, Sherlock Holmes. Alors découvrir ces bandes dessinées, Enola Holmes d'abord et maintenant Les quatre de Baker Street, me donne l'impression de replonger dans des univers de mon enfance.



Commençons par le dessin qui est une vraie merveille. J'adore le trait de crayon de David Etien et les couleurs qu'il a choisies. J'aime beaucoup ces teintes sourdes, chaleureuses, d'un temps passé, un peu comme de vieilles photos. Les dessins, précis et réalistes, nous emportent dans les rues sombres d'un Londres où traînent les gamins des rues, des mendiants et des truands.

L'histoire est, elle aussi, tout autant réussie. Le trio est bien assorti et nous réserve quelques surprises. Nos jeunes héros sont des enfants, mais leurs aventures sont bien celles de jeunes adultes. Sans doute est-ce la raison pour laquelle j'ai aimé les lire. J'ai quand même un regret : que cela passe trop vite. C'est ce que je reproche aux bandes dessinées en général. Mais je viens d'emprunter les tomes 2 et 3 : de quoi continuer l'aventure avec Charlie, Tom et Billy. L'occasion aussi de croiser Sherlock Holmes, Watson et l'inspecteur Lestrade. 


Le bon début d'une série qu'il me tarde de poursuivre.
Je vous invite à lire les avis de Alfie, Bianca ou encore Sharon.



   


Nouvelle contribution au Mois anglais de Lou & Chryssilda, et une seconde lecture à inscrire au Challenge de Hérisson, Je lis aussi des albums.



1 commentaire:

  1. je ne lis que du bien de cette serie...cela promet...et cela donne envie vraiment

    RépondreSupprimer