samedi 6 septembre 2014

L'homme de la montagne - Joyce Maynard

  Auteur : Joyce Maynard
 Titre : L'homme de la montagne

Broché :  320 pages
Editeur : Philippe Rey
Collection : Roman étranger

  Edition : 21 août 2014


Une belle rencontre avec deux adolescentes, Patty et Rachel.

   
Présentation de l'éditeur :

Été 1979, Californie du Nord. Rachel, treize ans, et sa sœur Patty, onze ans, se préparent à passer leurs vacances à vagabonder dans la montagne comme d’habitude. Échappant à la surveillance d’une mère aimante mais neurasthénique depuis son divorce, et d’un père amoureux de toutes les femmes, le flamboyant inspecteur de police Torricelli, elles se cachent dans les arrière-cours pour regarder la télé par la fenêtre des voisins, inventent blagues et jeux à n’en plus finir, rêvant de l’inattendu qui pimenterait leur existence.

Et l’inattendu arrive. Cauchemardesque, une succession de meurtres de jeunes femmes, tuées dans la montagne selon un même mode opératoire : la chasse à l’Étrangleur du crépuscule commence, menée par l’inspecteur Torricelli.

Trente ans plus tard, Rachel, devenue une célèbre romancière, raconte cette quête épuisante. Après quinze meurtres, le tueur de la montagne a disparu. Un jour, pourtant, les deux sœurs s’étaient trouvées face à lui. Fantasme de gamines hystériques, avaient déclaré les autorités. Depuis lors, Rachel s’est donné pour mission de retrouver cet homme. Et le dénouement, le lecteur le vivra en direct, de surprises en retournements.
Joyce Maynard a écrit une belle et lyrique histoire d’amours rythmée par les tubes des années soixante-dix : celui qui règne entre le père et ses filles, celui qui unit à jamais les deux sœurs.


Ma lecture :

J'ai découvert Joyce Maynard à l'occasion du rendez-vous du Blogoclub proposé par Sylire et Lisa. Il s'agissait de lire un titre de cette auteure américaine, invitée cette année au Festival America à Vincennes (trop loin, tant pis pour moi). J'ai commencé avec Les filles de l'ouragan, un magnifique roman sur la vie de deux femmes que le destin se charge de rapprocher au cours de la seconde moitié du XXème siècle. Voyant que Joyce Maynard faisait partie des sorties de cette rentrée littéraire, je n'ai pas hésité.

J'ai de nouveau été séduite par cette auteure qui parle si bien de l'enfance, de l'adolescence, des histoires de familles et des relations humaines.

La montagne, c'est le mont Tamalpais dans le Comté de Marin aux Etats-Unis (Californie). L'homme de la montagne, c'est le tueur en série qui y sévit au tout début des années 1980.

Mont Tamalpais - Marin County - Californie (784m)

Des jeunes femmes sont découvertes dans ces montagnes, les unes après les autres, sans que l'enquête de la police criminelle, conduite par le père des deux jeunes adolescentes, n'aboutisse à la moindre piste. La psychose s'empare de la Cité de la Splendeur matinale, les portes se ferment.

Mais si l'intrigue est un support au récit, elle n'est pas l'essentiel du roman, beaucoup plus riche dès lors qu'il s'agit de traiter de l'adolescence. C'est à parler des passions humaines, dont l'adolescence est l'instant le plus intense, que Joyce Maynard excelle.

"La fille de treize ans déteste sa mère. Adore son père. Déteste son père. Adore sa mère. Alors quoi ?
Les filles de treize ans sont grandes et petites, grosses et maigres. Ni l'un ni l'autre, ou les deux. Elles ont la peau la plus douce, la plus parfaite, et parfois, en l'espace d'une nuit, leur visage devient une sorte de gâchis. Elles peuvent pleurer à la vue d'un oiseau mort et paraître sans cœur à l'enterrement de leurs grands-parents. Elles sont tendres. Méchantes. Brillantes. Idiotes. Laides. Belles." (L'homme de la montagne - Joyce Maynard - Ed. Philippe Rey - page 216)

Beaucoup de choses sont dites dans cet extrait. C'est l'essence du roman. L'adolescence. Celle qui vous trouve à pleurer sans raison, à rire bêtement sans que vous sachiez vraiment pourquoi. Celle qui vous rapproche de l'adulte sans vous défaire tout à fait de vos réflexes d'enfant. Celle qui s'amuse à vous perdre entre ces deux âges que vous ne comprenez pas encore ou plus vraiment. Rachel est en plein dedans, et elle s'y perd parfois, entre les bras de Teddy Bascom, un imbécile de première classe, dans la chambre d'Alison à la porte de laquelle elle a laissé ses valeurs pour faire partie du groupe, ou quand elle pense avoir trouvé seule le criminel que toutes les polices recherchent...

Rachel se cherche et se construit, au sein d'une famille assez peu présente, entre une mère dépressive qui passe son temps entre la bibliothèque et sa chambre, et un père, parti, enquêteur à la brigade criminelle et que ces filles assimilent à un véritable héros. Et puis il y a Patty, cette jeune sœur qui est la seule référence stable et rassurante de Rachel. Celle autour de qui tourne tout son univers. Il y a enfin, les "amis", ceux qui se sont approchés par opportunité et qui peuvent se détourner sans prévenir, abandonnant Rachel à sa solitude.

La description des relations entre Rachel et sa sœur, ses parents, les "amis" et les voisins, la traduction psychologique que fait Joyce Maynard de l'enfance et de l'adolescence... sont une vraie richesse dans ce moment, et ce malgré quelques longueurs et lenteurs. Si l'intrigue policière se réveille en fin de récit, elle manque un peu d'allant et de réalisme. Mais cela n'enlève rien au talent de Joyce Maynard, tout à la description de ses personnages, Rachel et son super-héros de père en tête.

Golden Gate Bridge - San Francisco (USA)


Si j'ai apprécié ce roman, j'ai néanmoins préféré Les filles de l'ouragan, peut-être parce que c'était le premier. Je pense cependant retrouver bientôt cette auteure, notamment avec Long week-end, un huis-clos "haletant" entre une mère, son fils et un taulard évadé, condamné pour meurtre, ainsi qu'avec la biographie qu'elle a écrite sur sa brève aventure avec J.D. Salinger, Et devant moi, le monde.


**********

Une lecture inspirée par le Blogoclub. Il s'agit également d'une plume au féminin, et de mon premier titre lu pour cette rentrée littéraire 2014. C'est enfin, une première lecture pour le Comité de lecteurs d'octobre.

 
http://itzamna-librairie.blogspot.fr/2014/09/comite-de-lecteurs-octobre-2014.html#more   http://delivrer-des-livres.fr/challenge-rentree-litteraire-2014/  http://itzamna-librairie.blogspot.fr/p/challenge-du-blogoclub-principe-lire.html   http://itzamna-librairie.blogspot.fr/p/defi-la-plume-au-feminin-principe.html 

3 commentaires:

  1. J'avais été un peu déçue par une adolescence américaine, mais celui a l'air pas mal, j'ai vu l'adaptation d'un long weekend, j'ai beaucoup aimé!

    RépondreSupprimer
  2. Je suis vraiment ravie de voir que la lecture commune du blogoclub ait fait connaître Joyce Maynard.

    RépondreSupprimer