La péninsule aux 24 saisons - Mayumi Inaba

     

Dans un paysage de mer et de falaises d'une beauté paisible, bien loin de Tôkyô, une femme en désaccord avec le monde entreprend la redécouverte d'elle-même et passe des jours heureux d'une grande douceur.

En compagnie de son chat, elle fera durant douze mois l'apprentissage des vingt-quatre saisons d'une année japonaise. A la manière d'un jardinier observant scrupuleusement son almanach, elle se laisse purifier par le vent, prépare des confitures de fraises des bois, compose des haïkus dans l'attente des lucioles de l'été, sillonne la forêt, attentive aux présences invisibles, et regarde la neige danser.

Dans ce hameau au bord du monde, l'entraide entre voisins prend toute sa valeur, les brassées de pousses de bambou déposées devant sa porte au moment de la récolte, et les visites chaleureuses à l'atelier du miel de son amie Kayoko.

Vingt-quatre saisons, c'est le temps qu'il faut pour une renaissance, pour laisser se déployer un sensuel amour de la vie.

*****

Je ne sais pas bien en quoi consiste un roman Feel Good...  En regardant les définitions sur divers blogs et sites littéraires, je vois que l’objectif de ce type de roman est de faire en sorte que le lecteur se sente bien, comme dans un cocon. Il doit avoir l’impression d’ouvrir une parenthèse salutaire et de respirer dans son quotidien parfois morose (Librinova). Je lis aussi que ces ouvrages sont faciles à lire, avec une couverture colorée et un titre long... C'est sur la base de cette définition que j'ai choisi de vous parler de ce texte que j'ai lu pendant les vacances d'avril.

Cela faisait longtemps que j'avais ce livre dans ma bibliothèque (il est paru en France en 2018). Les dessins colorés de la couverture m'avaient tapé dans l'œil, de même que son titre et la quatrième de couverture. La période du confinement et les beaux jours d'avril m'ont donné envie de m'y plonger, confortablement installée dans mon jardin. Le thème de ce récit convenait parfaitement à mon état d'esprit du moment, et, je pense, à la définition du roman Feel Good.

"Je me penche sur la profondeur des ténèbres silencieuses où ni voiture ni âme ne passe, et mon oreille savoure l’ineffable plaisir d’être absorbée par la densité du silence."

Il ne se passe pas grand chose dans ce récit. Une femme d'à peine 60 ans, qui vient de vivre une rupture amoureuse, décide que quitter sa vie hyper active et bouillonnante de Tokyo pour rejoindre un petit coin de nature en bord de mer et de forêt. Elle y possède une cabane dans laquelle elle vient régulièrement passer quelques jours. Mais cette fois-ci, elle s'éternise. Son métier de traductrice lui permet de travailler sur place, et de lever le pied aussi. On découvre alors sa vie entre la mer et les marais, les bois qui bordent son terrain. On rencontre les voisins avec lesquels elle découvre l'élevage des abeilles et la production de miel, avec qui elle échange des banalités ou des pots de confiture. Ce à quoi nous invite surtout Mayumi Inaba, c'est à prendre le temps de regarder la nature, de la sentir, d'écouter les chouettes ou les moustiques, suivre les sentiers qui cheminent dans les bois ou en bord de mer, observer les camélias...

Au cours de cette année passée à l'écart de l'effervescence du monde, au cours de ces 24 saisons japonaises, l'auteure nous invite à ralentir le rythme, à prendre le temps, pour nous, pour les autres et pour observer la nature. Le texte est poétique et on savoure le temps passé à observer la proue de la barque qui dépasse du marais, ou les lucioles qui illuminent la nuit. Il n'y a pas de surprises dans ce livre : c'est un moment agréable à savourer simplement. Si j'ai par moments trouvé le récit un peu fade, j'y suis vite revenue pour y musarder avec la narratrice et y puiser des moments de tranquillité et de douceur.

Un récit léger, qui nous ramène à l'essentiel et nous apaise. Un roman Feel Good pour bien commencer l'année.


La péninsule aux 24 saisons - Mayumi Inaba
Editions Philippe Picquier, mars 2018, 224 pages


Ma 6ème participation au Challenge Feel Good 2021


Commentaires