samedi 23 juin 2018

Special Branch - Roger Seiter (scénario) et Hamo (dessinateur)

Retour en Angleterre avec cette série qui nous entraîne sur l'estuaire de la Mersey, face à Liverpool, au cours du XIXème siècle. Un paquebot transatlantique, le Great Eastern, attend d'y être démoli. Des légendes ont plané autour de ce navire, réellement lancé en 1858. L'une d'elle est fait état de la découverte lors de sa démolition de deux cadavres d'ouvriers emmurés vivants lors de la construction. Un ouvrier et son apprenti seraient restés prisonniers dans la double-coque pendant les travaux. Cette légende, bien qu'assez improbable est pourtant reprise par tous les ouvrages traitant du Great Eastern. C'est cette légende qui a inspiré le scénario de cette histoire.

Special Branch de Roger Seiter - Hamo.
Éditions Glénat, février 2011, 48 pages.


Présentation de l'éditeur :

Dans un village près de Liverpool, un paquebot échoué est en démantèlement. On y découvre un cadavre qui date d'il y a 20 ans et sur lequel se trouve la photo d'un haut gradé de la Navy. Parallèlement, un rôdeur assassine un à un les veilleurs qui l'ont surpris sur le bateau. Tout cela dépasse la police locale… Mais c'est une enquête pour la Special Branch !
Cette ramification secrète des services de police anglais utilise des techniques scientifiques très innovantes pour l'époque. Charlotte et Robin, frère et sœur et éminents membres de la Special Branch sont dépêchés sur les lieux pour élucider le mystère... Pour cette nouvelle série à suspense, Roger Seiter revient dans les ruelles sombres de villes d'Angleterre qu'il affectionne tant avec de nouveaux personnages d'enquêteurs à qui Hamo donne vie avec son trait nerveux et élégant.


Ma lecture :

Je ne l'ai pas emprunté pour le Mois anglais, mais voilà une sympathique BD qui tombe à pic. Nous sommes dans un polar au cœur de l'Angleterre du XIXème siècle. Alors que les ouvriers envahissent le Great Eastern pour le désosser, ils découvrent un corps momifié enroulé dans un tapis du bateau, caché dans la double coque. C'est la Special Branch, une branche spéciale des services de police du Royaume-Uni qui mène l'enquête.

Une fois n'est pas coutume, je vais commencer par le scénario. Ce n'est pas habituellement ce qui me séduit le plus dans une BD. Mais cette fois-ci, je suis charmée tant par le dessin que par le scénario. 48 pages sont toujours trop peu pour moi, mais comme j'avais emprunté les 2 premiers Tomes, je n'ai pas été trop frustrée. Et comme d'autres Tomes suivent, je vais pouvoir poursuivre ma lecture. Ce qui m'a plu dans cette histoire, c'est qu'elle est fondée sur une part de réel. Le contexte historique, même s'il est léger, est bien présent dans le scénario : la situation financière de l'architecte Russell, la construction du Canal de Suez, la présence de Jules Verne sur le bateau en avril 1867 qui lui inspire son roman Une ville flottante... Ensuite, j'ai aimé le rythme du récit. Il n'y a pas de temps mort, le récit évolue à chaque page, les personnages apparaissent progressivement et deviennent des suspects. Je ne me suis pas ennuyée une minute, grâce à un récit dense qui réunit de nombreux personnages. Je n'ai pas non plus été déçue à la fin de ma lecture. Si j'ai hâte de connaître le dénouement, je n'ai pas eu le sentiment cette fois-ci d'avoir été abusée par un récit trop léger et trop court.




Pour en venir au dessin, j'aime aussi beaucoup : sa précision, le soucis du détail et le rythme là encore. Les couleurs aussi bien sûr, qui font passer le lecteur du présent et de l'enquête, en 1887, au passé et à la traversée fatale, 20 ans auparavant. Le présent est développé dans une palette de bleus, lumineux, qui met en valeur les visages des différents personnages. Le passé, couleur sépia, est plus uniforme mais repose le regard et cette alternance donne du rythme à la lecture.





Voici en conclusion une BD de grande qualité. Il me tarde de connaître le dénouement de cette première histoire, avant d'enchaîner sur le cycle 2.

Peu d'avis sur cette série, mais allez voir du côté de chez Idées livres ou Espace temps libre.

Une belle surprise pour ce mois anglais associé au rendez-vous albums jeunesse de chez Hérisson.



 




5 commentaires:

  1. oh oui cela semble etre toute une bien belle BD....ouiii...;)

    RépondreSupprimer
  2. Jamais entendu parler non plus avant ton avis mais tu as su me convaincre : je le note, je pense que ça pourrait me plaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'étais surprise de ne pas trouver plus de critiques de cette série. Elle le mérite je pense.

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup ce que tu en dis et aimerait pouvoir découvrir cette série.

    RépondreSupprimer