dimanche 25 mars 2018

En attendant Bojangles - Olivier Bourdeaut

Voici ma nouvelle sortie de PAL, et une lecture lumineuse, qui vous emporte dès les premières lignes. Après mes deux dernières lectures, L'obscure clarté de l'air, de David Vann et La méprise de Vladimir Nabokov, j'avais bien besoin de cette fraîcheur, de retrouver un peu de fluidité. Ce récit est virevoltant, décalé, chaleureux et terriblement humain. Nous rencontrons une famille gentiment foldingue qui navigue entre la France et son château en Espagne. C'est autour de la mère que tourne l'univers de cette petite cellule familiale composée du père, de leur fils et d'un drôle d'oiseau, Mademoiselle Superfétatoire. Un beau récit, plein d'amour et de tendresse, très poignant.

En attendant Bojangles de Olivier Bourdeaut.
Éditions Finitude, 07 janvier 2016, 160 pages.


Présentation de l'éditeur :

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n'y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Celle qui mène le bal, c'est la mère, imprévisible et extravagante. Elle n'a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères. Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l'inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte. L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom.


Ma lecture :






Je ne connaissais Nina Simone que de nom et la lecture de ce premier roman m'a donnée l'occasion d'écouter ce fameux Mr Bojangles. Je l'ai découvert après avoir terminé le roman de Olivier Bourdeaut, et je trouve qu'il colle parfaitement à la mélancolie qui se dégage du livre.

La folie est joyeuse quand elle apporte du piment à la vie, quand elle fait tourbillonner les amoureux et battre les cœurs. Mais elle devient amère quand elle déborde du cadre de l'acceptable. C'est ce qui arrive à cette femme si solaire, dont on ne sait pas grand chose, si ce n'est qu'elle change de nom chaque jour, au gré de la fantaisie de son mari. Le mari justement, s'est laissé embarquer avec joie dans les délires de sa femme, dont on ne perçoit pas toujours à quel point ce grain de folie est dangereux ou non. Et puis il y a leur fils, qui observe la vie décalée de ce couple si particulier. Aimé et choyé par ses parents, il participe avec bonheur à la vie qui se déroule autour de lui, tellement originale qu'elle fait de lui un enfant à part.

Mais la famille vit sur le fil, et l'insouciance ne durera pas. L'amour et la tendresse eux sont éternels, toujours plus fort, jusqu'au bout, douloureux, mais inéluctable. Ce livre est tellement fort, par cette passion qui transparaît à chaque phrase, cet amour qui inonde cette famille. Même si le dénouement est poignant, il n'est jamais triste et reste lumineux. L'énergie de cette mère, son amour pour les deux hommes de sa vie, résiste à toutes les épreuves, même la plus grande, la mort. Les mots choisis par Olivier Bourdeaut sont tellement justes, poétiques et décalés à la fois, toujours très naturels.

Un magnifique premier roman, qui patiente dans ma bibliothèque depuis sa sortie. Si vous vous en êtes tenu(e) éloigné(e) jusqu'à ce jour, malgré les nombreux avis positifs et prix qui lui ont été attribués, lancez-vous à la découverte de ce titre, paru en poche en mai dernier.

Pour ma part, même si les critiques sont moins bonnes, je pense que je ne vais pas tarder à découvrir le second roman de Olivier Bourdeaut :pour Guérande, pour les marais salants et pour une nouvelle rencontre improbable.


Une lecture partagée avec Blandine, de Vivre Livre. Et une 6ème sortie de PAL !



 






4 commentaires:

  1. Merci merci pour cette si belle Lecture Commune :-)

    RépondreSupprimer
  2. Toujours pas lu, mais c'est prévu !

    RépondreSupprimer
  3. Oui ce roman est vraiment magnifique et tellement à part ! ;)

    RépondreSupprimer