samedi 27 juin 2015

Les Demeurées - Jeanne Benameur

Serais-je moi-même à ce point bien ignorante pour n'avoir jamais lu Jeanne Benameur ? Sans doute. Après cette première lecture, il me semble que c'est effectivement le cas... J'aurais pourtant dû être alerté par ce challenge que je vois fleurir sur la blogosphère depuis quelques années déjà. Un challenge proposé par Noukette, qui montre l'image d'une jeune femme souriante et rayonnante. Et pourtant, je n'y suis jamais allée voir de plus près, jamais je n'ai consulté sa très longue bibliographie. Il aura fallu qu'à l'occasion d'une discussion sur les cadeaux à offrir à une maîtresse, une collègue me prête celui-ci. "C'est un livre très fort, qui m'a marquée, très intime..." m'a-t-elle dit. Je m'y suis donc plongée, craignant comme souvent, de ne pas partager cet enthousiasme.

Présentation de l'éditeur :

La mère, La Varienne, c'est l'idiote du village. La petite, c'est Luce. Quelque chose en elle s'est arrêté. Pourtant, à deux, elles forment un bloc d'amour. Invincible.
L'école menace cette fusion. L'institutrice, Mademoiselle Solange, veut arracher l'enfant à l'ignorance, car le savoir est obligatoire. Mais peut-on franchir indemne le seuil de ce monde ?
L'art de l'épure, quintessence d'émotion, tel est le secret des Demeurées.
Jeanne Benameur, en dentellière, pose les mots avec une infinie pudeur et ceux-ci viennent se nouer dans la gorge.

Ma lecture :

Ce petit livre (81 pages) était tout ce qu'il me fallait pour reprendre le chemin de ma bibliothèque, pièce désertée depuis trop longtemps, au profit du jardin. J'ai lu les premières pages dans le bus en rentrant du travail, pour le finir au soleil sur ma terrasse après le dîner. Si les premières lignes m'ont un peu troublée en raison d'une écriture tellement épurée, je me suis vite laissée apprivoiser. Le style de l'auteur est bref, concis, la langue poétique, sensible, très intimiste. La découverte de cette auteure est une vraie surprise, un réel plaisir que je me promets de renouveler.

Dans ces 81 pages, Jeanne Benameur nous raconte l'histoire d'un amour inconditionnel entre une mère, pauvre femme un peu fruste, et sa fille, tout aussi singulière, enfermée sur elle-même, mais sûrement plus gracieuse et consciente, éveillée. Quand l'école pointe son nez dans le quotidien de cette mère et de sa fillette, par la conviction et la passion de Mademoiselle Solange, l'institutrice, celles-ci découvrent avec souffrance la séparation et la peur. La peur de ce que la connaissance peut introduire dans la chaleur du foyer, de l'éloignement qu'il peut provoquer entre elles. Beaucoup de choses sont dites dans ce court récit, sur l'amour, le savoir et l'ignorance, sur le bonheur, sur l'ouverture au monde et le confort d'un quotidien rassurant et aimant. Les personnages de ce texte sont tous d'une grande sensibilité, emplis d'émotions qui s'expriment avec plus ou moins de facilité, mais que tous ont profondément enracinées en eux.

C'est un livre très touchant, lumineux et douloureux à la fois. Un récit qui questionne aussi, sur la place de la connaissance et des apprentissages. Sur la norme, affirmée par ceux qui pensent pour les autres, qui imaginent tout savoir à la place des autres, des "petites gens". Un livre qui me fait penser à celui de Mona Ozouf, "Composition française", où il est également question des apprentissages, du rôle de l'école républicaine cherchant à imposer une norme et un savoir dans chaque province française, en l’occurrence en Bretagne. Un récit à découvrir sans hésitation.

  Les Demeurées de Jeanne Benameur.
Éditions Gallimard, coll. Folio, mai 2002. 81 pages.


**********

Je vous invite à aller lire les billets de Jérôme, Jostein, Stéphie, Clara et bien sûr celui de Noukette.

Ce récit est celui d'une très belle plume au féminin et ma première lecture d'un Benameur.

   http://aliasnoukette.fr/challenge-jeanne-benameur-on-continue/





4 commentaires:

  1. J'aime tous les livres de Jeanne Benameur mais celui-ci (premier lu) est largement celui que je préfère !

    RépondreSupprimer
  2. J'avais beaucoup aimé "Profanes" (pas encore chroniqué !) du même auteur ;o) Tu me donnes envie de découvrir cet opus ! Jeanne Benameur a une très belle écriture !

    RépondreSupprimer
  3. Je ne partage pas ton enthousiasme. Je n'ai pas aimé ce livre pas plus que les 2 autres que j'ai lus de l'auteure.
    Noukette pense que je ne suis pas sensible à la poésie de Jeanne B., c'est possible!

    RépondreSupprimer