samedi 7 janvier 2017

Interview d'une vache et scandale au palais - Jean-Marie Gourio

Première certitude : ce n'est pas moi qui aurais choisi ce livre ! Allons donc, un titre aussi farfelu d'un auteur que, pour ma part, je ne connaissais pas. La quatrième de couverture ne m'aurait pas non plus tellement convaincue, peu sensible à ces livres qui nous offrent "une farce désopilante et furieusement d'actualité, un chef-d'œuvre de drôlerie et de férocité". Mais bon, c'est un cadeau, ce sont les vacances et... c'est un livre. Alors je me suis plongée dedans pour commencer l'année sur une note d'humour un peu décalé.

Interview d'une vache et scandale au palais de JM Gourio.
Éditions Julliard, octobre 2016. 248 pages.




Présentation de l'éditeur :

Journaliste au magazine Votre Temps, Pierre tombe des nues lorsque son rédacteur en chef lui ordonne d'interviewer une vache. Pivoine, jolie Bretonne Pie Noir, se révèle diserte, intelligente, un brin contestatrice. L'article crée l'événement, si bien que la vache se retrouve sur tous les plateaux de télés et coqueluche des radios. Le succès monte aussi vite à la tête des ruminants qu'à celle des humains. Célèbre, Pivoine est propulsée dans les salons de l'Élysée ou le président de la République ne sait qu'inventer pour lui être agréable. Tenu à l'écart, humilié, Pierre n'a plus qu'à attendre son heure. Qui viendra.
Dans ce deuxième volume de sa collection « Papillon », Jean-Marie Gourio laisse s'épanouir avec délectation sa fantaisie. Grâce à sa maîtrise du dialogue et à son humour ravageur, il nous offre une farce désopilante et furieusement d'actualité, un chef-d'œuvre de drôlerie et de férocité.


Ma lecture :
"La vache me regardait fixement. Noire. Striée de longues écharpes blanches. Nous étions dans mon bureau, pas très grand, pour un homme et une vache, au troisième étage de la tour Baudelaire, à Stains. Je lui répétai lentement ma question, qui n'était pas la première de l'interview, évidemment, mais une mise en confiance de la vache à qui je devais soutirer un long entretien, et je sentais que ça ne serait pas de la tarte." (Interview d'une vache et scandale au palais - Jean-Marie Gourio - Ed. Julliard- octobre 2016 - page 11)


Evidemment, à la lecture des premières pages, on se demande si c'est une blague où si la vache va vraiment lui répondre. Jusqu'à ce que cette dernière lève ses yeux sur le journaliste, affichant un "regard noir. Brillant. Intelligent." et réponde à cette question de "mise en confiance", on peut encore imaginer que le pauvre Pierre est victime d'une blague douteuse de son supérieur. Page 17 pourtant, la vache répond, avec talent et intelligence. A partir de là, on plonge dans un univers totalement surréaliste, où la vache fait ses besoins dans le bureau du journaliste, où elle s'assoit avec lui dans un café pour parler de culture et d'agriculture, des vaches et des actrices de cinéma et boire une bière.

Le récit de Jean-Marie Gourio est totalement décalé, halluciné, mais en même temps plein de tendresse et de sensibilité. On se dit parfois que cette vache pourrait tout aussi bien être une femme que, dans sa fantaisie, l'auteur nous présenterait sous les traits d'une vache. Mais la ficelle n'est pas si grosse, car notre Pivoine est bien une vache, qui sème ses bouses, donne son lait à qui sait le lui tirer et réclame régulièrement à brouter. Cette confusion peut mettre parfois mal à l'aise, mais elle s'exprime dans une grande tendresse de l'auteur pour ces vaches. Et Pivoine n'est pas n'importe quelle vache ! C'est une Bretonne Pie Noir, petite vache de caractère comme la terre de ses ancêtres, rustique et aujourd'hui menacée de disparition, élevée pour son lait et pour sa viande.

On découvre l'histoire d'une nouvelle star, révélée par le magazine Votre Temps et que tous les médias finissent par s'arracher, qui fera la une de tous les magazines et journaux populaires, qui sera présente sur tous les plateaux télé, jusqu'au palais de l'Elysée. Cultivée et propulsée sur le devant de la scène, Pivoine devient une professionnelle de l'image. L'histoire pourrait sembler superficielle s'il n'était la relation entre le journaliste, Pierre Pichon et Pivoine.

L'histoire de Pierre et de Pivoine, très forte, est celle d'une amitié bousculée par la célébrité, les trahisons, les regrets et la recherche de la gloire pour l'une, d'une reconnaissance pour l'autre. Mais les liens restent forts à travers tout le récit.

J'ai particulièrement aimé l'épisode où Pierre et Pivoine se retrouvent au café de la Reine, dans lequel la présence d'une vache n'interpelle personne..., et se rapprochent à la faveur des bières partagées. Ce passage est d'une grande sensibilité, sensualité même, nous donnant à voir les vaches sous un autre angle.

"J'avais fermé les yeux. Les mots de Pivoine me berçaient, plus que de simples mots, un poème politique, une courte aubade aux accents rebelles. Un beau  titre d'article encore me vint, je sentais mon cerveau bouillonner merveilleusement ! "Les mamelles de Louise Michel", ou bien "Jean Jaurès à la traite". Trop politique peut-être pour Votre Temps. Les accents de Pivoine n'étaient-ils pas trop engagés ? "Le lait de la colère", me dis-je, empruntant à Steinbeck." (Interview d'une vache et scandale au palais - Jean-Marie Gourio - Ed. Julliard- octobre 2016 - page 90)


Voici donc un récit déconcertant, drôle, sensible, bourré de références politiques et culturelles : un portrait saignant de notre société et de sa superficialité. Un hommage aux campagnes aussi, à travers ces animaux dont on ne voit plus que le steak ou le verre de lait. Laissez-vous surprendre.



La Bretonne pie noir - Meueuuuhhhh





8ème lecture
 


2 commentaires:

  1. Je ne crois pas que je serai allé vers ce genre de lecture spontanément.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr ! Comme quoi, les cadeaux peuvent être de bonnes surprises.

      Supprimer