mercredi 31 août 2016

Love story à l'iranienne - Jane Deuxard et Deloupy

Pour cette BD de la semaine, j'ai choisi une "Love story à l'iranienne" conseillée par ma librairie habituelle. Cet album est l'œuvre de Jane Deuxard, un couple de journalistes effectuant des reportages clandestins en Iran, et de l'illustrateur Deloupy qui a notamment dessiné Les Faussaires ou L'introuvable.
Pas vraiment d'histoire dans cet album, mais plutôt une succession de reportages réalisés auprès de jeunes iraniens qui découvrent l'amour dans une société sous contrôle et niant toute liberté, aux femmes d'abord mais aux hommes également.

Love story à l'iranienne de Jane Deuxard et Deloupy.
Éditions Delcourt / Mirage, janvier 2016. 140 pages.



Présentation de l'éditeur :

Les jeunes Iraniens rêvent-ils encore d’en finir avec le régime ? Comment se rencontrer dans cette société qui ne le permet jamais ? Comment flirter ? Comment choisir sa femme ou son mari ? Malgré la tradition, malgré le régime.
Des journalistes ont interviewé clandestinement de jeunes Iraniens pour
 donner un éclairage politique et social. Comment échapper à la police pour vivre sa love story ?

Ma lecture :

En fait, les auteurs nous dressent ici le portrait de la jeunesse iranienne, coincée entre les religieux au pouvoir, les familles qui veillent au grain, des voisins ou passants délateurs... et ses rêves de bonheur alimentés par leur connaissance de ce qui ce passe ailleurs dans le monde. Si l'accès aux chaînes satellite et à internet est interdit et contrôlé, peu nombreux doivent être ceux qui s'en passent. Les jeunes gens sont formés, restant longtemps à l'université (ce qui évite au gouvernement de devoir leur permettre de trouver du travail), allant parfois étudier à l'étranger. Mais au retour, ils doivent se fondre dans le moule qui leur est destiné. Mariage arrangé par les parents, sous réserve que le prétendant ai une bonne formation, un métier et, surtout, une voiture, denrée rare et très prisée semble-t-il en Iran. A tel point que certains échangent un appartement contre une voiture pour s'enrichir !

Love story à l'iranienne - Jane Deuxard et Deloupy - éd. Delcourt


Et l'amour dans tout cela ? Grande question posée par les deux journalistes à ces jeunes gens à travers tout le pays. A la lecture de cet album, il apparaît que la seule chose qui compte soit de pouvoir "coucher avant de se marier", comme si cela suffisait à connaître l'autre et s'assurer une vie de couple heureuse. Quand on observe le nombre de divorces dans nos pays, on voudrait leur dire que cela ne suffit pas et que cela ne semble pas devoir être l'objectif de cette jeunesse captive. D'autant que ces jeunes couples font preuve d'une grande imagination pour apprendre à se connaître sensuellement, sans faire prendre de risque à la virginité des jeunes filles. Qu'apprendraient-ils de plus avec un "rapport complet" ?

En fait, ce n'est pas tant cet interdit qui enchaîne la jeunesse que le sujet plus global de la Liberté : liberté de se parler en dehors des lieux publics, liberté de parler de tout, y compris du travail de la femme, de sa liberté d'aller et venir comme bon lui semble, de se voiler ou non au sein du foyer (car il n'est là même pas question de pouvoir choisir de porter ou non le voile dans l'espace public), liberté de se marier avec qui l'on veut, de parler de ce que l'on veut avec qui l'ont veut partout dans le monde...

Love story à l'iranienne - Jane Deuxard et Deloupy - éd. Delcourt


Ce qui impressionne également dans ce texte, c'est la faculté d'adaptation des familles et des jeunes pour contourner les règles sociales et religieuses. Comme si chacun transgressait à un moment où un autre au moins une règle : dans le mariage, l'accès aux chaînes satellite, à internet, usage de l'alcool... Chacun prend le risque de s'accommoder des règles établies, et reste sur ses gardes pour éviter d'être pris ou dénoncé. Une vie permanente sous tension, sous l'œil inquisiteur et le contrôle de la famille ou de l'Etat. Et ce besoin de liberté, d'air et d'insouciance se traduit par, et se réduit à, cette revendication de pouvoir "coucher avant le mariage".

Le plus inquiétant finalement, c'est de se rendre compte que, si certains ont baissé les bras et ne veulent pas prendre de risques pour conquérir leur liberté, d'autres s'accommodent parfaitement de la situation, certaines jeunes filles défendant même le pouvoir qu'ont les femmes dans la famille et cette chance qu'elles ont de ne pas avoir à travailler et de pouvoir se contenter de journées shopping...

Love story à l'iranienne - Jane Deuxard et Deloupy - éd. Delcourt


Le portrait d'une société ambivalente, où rien ni personne n'est tout noir ou tout blanc. Le témoignage d'une jeunesse enfermée et confisquée par une élite religieuse qui ne semble pas aussi rigide dès lors qu'il s'agit sa propre liberté d'action...

Un bel album, avec une présentation très dynamique de ces témoignages et un dessin très sensible.

A lire aussi l'avis de Sabeli sur Le Carré Jaune.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire