samedi 27 décembre 2014

Cette nuit, je l'ai vue - Drago Jančar

  Quand j'ai reçu ce livre dans le cadre des Lectures Communes du Comité de lecteurs proposées en décembre par ma Librairie, j'étais très enthousiaste. La couverture, qui est ma première entrée dans un livre et mon principal critère de choix, m'a immédiatement séduite. Le nom de l'écrivain, que je ne connaissais pas, me promettait également une plongée dans un univers inconnu et très attirant, en l'occurrence, la Slovénie. La quatrième de couverture a fini de me convaincre, annonçant l'histoire d'un couple "peu conventionnel aux heures sombres de la Seconde Guerre mondiale", la mystérieuse disparition de Veronika, la jeune épouse, à la fois excentrique et énigmatique. Je ne pouvais que me lancer avec engouement dans cette lecture.

Présentation de l'éditeur : 

Veronika Zarnik est de ces femmes troublantes, insaisissables, de celles que l’on n’oublie pas. Sensuelle, excentrique, éprise de liberté, impudente et imprudente, elle forme avec Leo, son mari, un couple bourgeois peu conventionnel aux heures sombres de la Seconde Guerre mondiale, tant leur indépendance d’esprit, leur refus des contraintes imposées par l’Histoire et leur douce folie contrastent avec le tragique de l’époque.
Une nuit de janvier 1944, le couple disparaît dans de mystérieuses circonstances, laissant leur entourage en proie aux doutes. Qui était vraiment Veronika ? Quelle fut vraiment sa vie ? Que cachait-elle ?
Cinq proches du couple tentent alors de cerner l’énigmatique jeune femme et délivrent, par fragments, les nombreuses facettes de sa personnalité, et ainsi reconstruisent son histoire, celle de son mari et celle de la Slovénie. Une œuvre polyphonique magistrale !

Drago Jančar est né le 13 avril 1948 à Maribor, en Slovénie. Opposé au régime communiste et à ses gouvernants, il connaît la prison. Scénariste, puis éditeur, il est considéré comme le plus grand écrivain slovène d'aujourd'hui, avec des œuvres telles que : L'Élève de Joyce (L'Esprit des péninsules, 2003), Aurore boréale (L'Esprit des péninsules, 2005), Katarina, le paon et le jésuite (Passage du Nord-Ouest, 2009) et Des bruits dans la tête (Passage du Nord-Ouest, 2011).

Ma lecture :

C'est donc avec beaucoup d'appétit que je me suis plongée dans cette nouvelle lecture. Le récit est construit en cinq chapitres : un pour chacun des proches du couple, ou plutôt de Veronika, qui tenteront, à un moment ou un autre de leur existence, de faire la lumière sur sa vie et celle de son époux, Leo, et sur leur "mystérieuse" disparition.

Bled - Slovénie

Le roman débute par le point de vue de Stevo, soldat de l'armée royale de Yougoslavie, et ancien amant de Veronika. Stevo est prisonnier dans un camp britannique, si mes souvenirs sont bons, et il se souvient de son aventure avec Veronika, juste avant le début de la guerre, au moment où la jeune femme décide de quitter son mari pour rejoindre le soldat à Maribor. Ce récit campe le contexte historique et la situation de l'armée de Yougoslavie au cours de la Seconde Guerre mondiale. On comprend dès les premières pages combien la position de cette république coincée entre l'Allemagne, l'Italie et la Hongrie, sera délicate. Les soldats qui défendent leur pays se voient très vite abandonnés par leur roi et leur territoire cédé à l'ennemi. Cet aspect historique du roman mériterait des recherches complémentaires parce que tout ne m'est pas paru toujours très clair, faute de connaissances suffisantes sur l'Histoire et la géographie de ce pays. Ce qui est évident néanmoins, c'est que ce petit peuple slovène (2 millions d'habitants aujourd'hui), ne pesait pas lourd face aux puissances allemande, italienne ou hongroise. Pour ajouter encore à la confusion, les populations devront bientôt compter avec les "partisans", groupe résistant progressivement dominé par l'idéologie communiste et soutenus par les intérêts d'un autre grand voisin, la Russie. Pas évidents pour les populations de savoir où sont leurs intérêts.

C'est dans ce contexte qu'évoluent Leo et Veronika Zarnik, un couple bourgeois dont les affaires continuent à tourner pendant la guerre. Si l'on ne sait pas vraiment ce qu'en pense Leo, on sent bien que Veronika souhaite conserver un semblant de "vie normale" : elle organise des soirées, entourée d'amis médecin, poète, musicien, chef d'entreprise... sans vraiment se soucier qu'ils soient slovènes ou allemands. D'un autre côté, elle et son mari soutiennent la résistance en l'alimentant en vivres, couvertures, vêtements, machines et outils. Mais, si Veronika est très appréciée de tous, elle séduit également beaucoup les hommes et peut déclencher des tempêtes de jalousie. Et on comprend assez vite que ce sont des motifs futiles qui conduiront à la disparition du couple au milieu d'une nuit de janvier 1944. C'est cette nuit et les mois qui ont précédé, que se remémorent des proches de Veronika, nous permettant de nous faire une idée précise de ce qui a pu se passer.

Ljubljana - Slovénie


Et à travers ces souvenirs, ce sont des tranches de vie qui sont racontées. La seconde, après Stevo, est celle de la mère de Veronika qui attendra sans fin le retour de sa fille. Assise à sa fenêtre elle guette les visages dans l'espoir de revoir celui de sa fille adorée, se remémorant sa propre vie de jeune femme et son mariage avec Peter, l'homme qu'elle ne cesse d'aimer et avec qui elle communique sitôt la nuit tombée. Ce texte est particulièrement émouvant, navigant au gré des souvenirs de la vieille dame, entre le passé récent et un autre, plus heureux et plus lointain.

Nous rencontrons ensuite Horst, le médecin allemand muté en Haute-Carniole après avoir connu le front russe. Ce récit est également très fort car il rappelle à quel point, des deux côtés, se sont trouvés embarqués dans ce terrible conflit, des gens tout à fait honnêtes et qui ont été conduits à voir, à taire, si ce n'est à participer, à des choses tout à fait affreuses. Ainsi ce bon médecin, qui appréciait la compagnie éduquée du couple Zarnik, est-il conduit à s'interroger sur son absence de réaction face à la violence de ses compatriotes.
"Je tremblais de tout mon corps. Pas à cause de ce que j'avais vu. Mais parce que je n'avais rien dit. J'aurais pu hurler que, bon Dieu, ça n'avait plus de sens. [...]J'aurais dû faire quelque chose, au moins montrer clairement mon désaccord. Mais je n'avais rien fait. Je me réveille souvent à cause de cet incident. Ce ne sont pas les choses qu'on a faites qui nous accompagnent mais celles qu'on n'a pas faites. Qu'on aurait pu faire ou au moins essayer, mais qu'on n'a pas faites." (Cette nuit, je l'ai vue - Drago Jančar - Editions Phébus - Janvier 2014 - page 126)

Nous partageons ensuite le point de vue de Joži, employée par la famille Zarnik et ayant toute la confiance de Veronika, et qui verra le couple s'enfoncer dans cette froide nuit de janvier 1944. Ce sera enfin au tour Jeranek dont les sentiments pour Veronika et sa connaissance approximative des évènements causeront si grand tort.


Slovénie (une visite s'impose...)


Ce roman est celui de gens ordinaires confrontés à la violence hors du commun de la Seconde Guerre mondiale. Ceux que nous rencontrons se sont souvent contentés de subir, de suivre, d'éviter de se faire remarquer et d'essayer de sauver leur vie. Leo et Veronika ont par exemple tenté de ménager les deux parties et ainsi leurs intérêts. Ils n'ont pas été particulièrement courageux ou combatifs, sûrement parfois un peu lâches... Mais qui peut aujourd'hui leur jeter la pierre...
"On vit une époque où on ne respect que les gens, vivants ou morts, qui étaient prêts à se battre, même à se sacrifier pour les idées qu'ils ont en partage. C'est ce que pensent les vainqueurs et les vaincus. Personne n'apprécie les gens qui ne voulaient que vivre. Qui aimaient les autres, la nature, les animaux, le monde, et se sentaient bien avec tout ça. C'est trop pour notre époque. Et même si moi, je peux me compter parmi ceux qui, bien que vaincus, ont combattu, au fond, moi je voulais seulement vivre. Que cela ait un sens m'a été révélé par cette femme, curieuse, joyeuse, ouverte à tout et un peu triste que j'ai rencontrée dans un pays lointain qui m'est proche. Veronika." (Cette nuit, je l'ai vue - Drago Jančar - Editions Phébus - Janvier 2014 - page 122)

J'ai été touchée par ce récit plein d'humilité, par ces personnages très humains, dans leurs forces comme dans leurs faiblesses. J'ai été très intéressée par l'histoire de ce pays, la Slovénie, qui nous paraît encore si lointaine. J'ai beaucoup apprécié l'écriture de Drago Jančar, forte et douce à la fois, qui sait se faire poétique quand il parle des chevaux ou de la nature qui entoure le manoir de Podgorsko. Un très beau texte qui me donne envie de découvrir d'autres romans de cet auteur, notamment Katarina, le paon et le jésuite, dont le titre m'interpelle et qui semble réunir tous les ingrédients d'une histoire captivante : l'Histoire (1756), les croyances et l'importance des créatures surnaturelles, la Slovénie...

Presqu'île de Piran - Slovénie (pour le plaisir des yeux)


Cette nuit, je l'ai vue de Drago Jančar (traduction Andrée Lück-Gaye). Les Éditions Phébus, janvier 2014. 214 pages.

D'autres avis, également enthousiastes, chez Cynthia, Vanessa, Laisse parler les filles (un très beau billet pour un très chouette blog) et enfin, chez Yves, autre membre du Club de Lecture, avec un point de vue nettement moins enjoué (long, bavard et ennuyeux...).


**********

Après L'odeur du minotaure, il s'agit de la seconde des Lectures communes du Comité de lecteurs de décembre.

http://itzamna-librairie.blogspot.fr/2014/11/les-lectures-communes-du-comite-de.html



2 commentaires:

  1. Effectivement pas du tout la même lecture pour moi, j'ai tout détesté...

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connais pas le livre mais tu me donnes envie de visiter la Slovénie.
    Je connais Bled pas la capitale.
    En traversant ce pays pour me rendre en Croatie, je l'ai trouvé très vert.
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer