samedi 24 août 2013

Absences sans frontières - Evelyne Trouillot

Auteur : Evelyne trouillot
Titre : Absences sans frontières

Broché :  252 pages
Editeur : Chèvre feuille étoilée
Collection : D'une fiction, l'autre
 Edition : 18 avril 2013


Un roman lumineux et empli de révolte




Présentation de l'éditeur :


« À quel âge ai-je commencé à lui parler vraiment ? Grand-mère Gigi me passait le téléphone comme on tend un verre d’eau à une enfant qu’on pense assoiffée. C’est ton papa.
J’ai grandi avec cette voix, j’ai appris à interpréter les silences et les pauses… Tout s’arrangera, tu verras.
Au fil des ans, j’appris à déceler le désespoir derrière les mensonges. »
Géraldine grandit en Haïti entre sa grand-mère et sa tante, loin de son père émigré à New-York. 
D’un côté trois femmes courageuses, dans ce pays aussi secoué par les régimes politiques que par la nature, qui tentent, chacune à sa façon, de se battre contre le sort, de trouver leur voie et un peu de bonheur..
De l’autre un homme instruit qui ne vit, clandestin, que de petits boulots pour financer les études de son enfant et la rendre heureuse.
Le séisme désastreux du 12 janvier 2010 bouleversera leurs vies en dévoilant un terrible secret.

Ma lecture :

Un livre Masse Critique, qui trône sur le haut de ma PAL depuis déjà la mi-juin mais la panne rencontrée avec Expiation, le livre du Blogoclub du 1er juin m'a laissée en rade à mi-chemin. Et dans ces cas-là, je peine à m'engager dans de nouvelles lectures, toujours gênée d'abandonner un livre en cours (d'autant que celui-là ne me déplaisait pas...).

Bref, j'ai profité de ma dernière semaine de vacances pour engloutir ce roman qui m'a été envoyé par Babelio dans le cadre du dernier Masse Critique. Ce roman est d'un genre que j'affectionne, le roman historique. C'est de l'histoire contemporaine d'Haïti dont il est question ici et de cette succession de drames qui traversent le pays depuis de si nombreuses années : la terreur instaurée par François Duvalier et les Tontons Macoutes, l'arrivée au pouvoir de Jean-Bertrand Aristide et le coup d'Etat qui s'ensuivit, la main mise des Etats-Unis sur le programme économique du pays, la révolte populaire de 2004, les nombreux ouragans climatiques qui s'abattent sur le pays et, en janvier 2010, le tremblement de terre de 7.3 sur l'échelle de Richter...

C'est dans cet environnement de terreur, de misère, de violence... que grandit Géraldine, née au cours de l'année 1992. Partageant l'existence de sa tante et de sa grand-mère, Géraldine mène une vie relativement "confortable" grâce à la solidarité financière de son père, exilé aux Etats-Unis. Celui-ci, émigré sans papiers, est arrivé à New-York quelques mois avant la naissance de sa fille. Depuis, il n'est jamais rentré au pays et c'est par téléphone et internet qu'il suit avec attention l'évolution de sa fille. Mais le soutien financier justifie-t-il cet exil ? C'est la question soulevée par le terrible séisme de 2010.

A travers l'histoire de ces femmes et de leur soutien, Gérard, on découvre l'histoire d'Haïti et toute cette énergie déployée pour la survie. On perçoit également dans le regard des ces femmes sur le monde qui les entoure, toute la colère d'un peuple dont personne sur la planète ne semble se soucier. Une population parmi les plus pauvres du monde qui n'attire aucune aide, aucune attention, en dehors du séisme qui aura fait plus de 300 000 morts, 300 000 blessés et 1 000 000 de sans-abris, et dont on ne parle plus aujourd'hui : Haïti semble retombé dans l'oubli des grands de ce monde...

La plume d'Evelyne Trouillot est fluide, légère malgré quelques longueurs sur la fin, sensible sans aucune sensiblerie, acerbe sans agressivité, subtile et conduit le lecteur à réfléchir sur son engagement, sa place dans un monde où tant de pays peinent à sortir de la misère tandis que d'autres jettent l'argent par les fenêtres...

Un beau roman à découvrir sans plus tarder.

Merci Babelio et les éditions du Chèvre feuille étoilée pour cette découverte. Une lecture que j'inscris également au challenge Une plume au féminin.









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire