samedi 11 août 2018

L'écrivain national - Serge Joncour


J'ai pris un peu de retard dans mes lectures, mais aussi dans mes billets. L'écrivain national est la 7ème lecture de mon challenge spécial réduction de PAL. Je me suis lancé ce défit comme une résolution de cette nouvelle année pour lire, enfin, une partie des livres achetés depuis quelques années. L'écrivain national a rejoint ma bibliothèque il y a un bon moment déjà, la 4ème de couverture m'ayant séduite. L'idée de suivre le parcours d'un écrivain en résidence, invité par une petite ville de province, avec une disparition en prime, était plutôt réjouissante. Malheureusement, le contenu du récit ne m'a paru à la hauteur de mes attentes. J'ai été déçue par ma lecture. Et malgré les avis positifs lus à droite à gauche, et le prix des Deux magots 2015, je me suis ennuyée.

L'écrivain national - Serge Joncour.
Éditions J'ai lu, août 2015, 384 pages.


Présentation de l'éditeur :

Le jour où il arrive en résidence d’écriture dans une petite ville du centre de la France, Serge découvre dans la gazette locale qu’un certain Commodore, vieux maraîcher à la retraite que tous disent richissime, a disparu sans laisser de traces. On soupçonne deux jeunes « néoruraux », Aurélik et Dora, de l’avoir tué. Mais dans ce fait divers, ce qui fascine le plus l’écrivain, c’est une photo : celle de Dora dans le journal. Dès lors, sous le regard de plus en plus suspicieux des habitants de la ville, cet « écrivain national », comme l’appelle malicieusement monsieur le Maire, va enquêter à sa manière, celle d’un auteur qui recueille les confidences et échafaude des romans, dans l’espoir de se rapprocher de la magnétique Dora.
Dans une atmosphère très chabrolienne, Serge Joncour déroule une histoire à haute tension : les quelques semaines de tranquillité que promettait ce séjour d’écriture se muent, lentement mais sûrement, en une inquiétante plongée dans nos peurs contemporaines.


Ma lecture :

J'avais tellement hâte de lire ce livre : le sujet, original, me plaisait. L'histoire de cet écrivain en résidence dans une petite ville de campagne qui se retrouve malgré lui mêlé à une enquête criminelle, était prometteuse. On l'imagine mener l'enquête dans un petit village où tout se sait mais où rien ne se dit.

Sauf que notre "écrivain national" ne correspondait en rien à l'image que je m'en étais faite en lisant la quatrième de couverture. Au lieu d'être l'auteur travailleur et respecté que j'avais imaginé, Serge paraît plutôt comme quelqu'un de totalement immature, capricieux, et de mon point de vue un peu déviant. Car comment comprendre cet homme, invité par les libraires et la bibliothécaire du village, qui laisse systématiquement tout le monde en plan, qui arrive toujours en retard, bien souvent dans un état déplorable, maculé de boue, en sueur, et l'esprit ailleurs ? Imaginez cet écrivain, invité pour rencontrer ses lecteurs, animer des ateliers d'écriture et produire une nouvelle, et qui passe son temps à boire et à utiliser la voiture de son hôte sans la lui demander vraiment et lui rendant dans un bien piteux état. Le personnage m'a très vite exaspérée, et cela a gâché ma lecture. Je ne m'attendais pas à un écrivain aussi peu soucieux des autres, de ses lecteurs en l'occurrence, à un homme aussi peu empathique, aussi peu charismatique.

De plus, là où je pensais lire une enquête policière, j'ai plutôt été entraînée dans les méandres du cerveau perturbé d'un écrivain subjugué par Dora, et qui tente par tous les moyens de la rencontrer. Mais là encore, le comportement de Serge laisse pantois… à croire qu'il n'a aucun esprit critique, qu'il n'est capable d'aucune réflexion pour se laisser embarquer ainsi et se soumettre à cette jeune femme dont il ne sait rien. Un bien étrange personnage qui m'a profondément agacée. De même que ma lecture finalement.

L'écriture est aisée et fluide, le texte est écrit à la première personne du singulier. La lecture en elle-même n'est pas déplaisante, et je pense que le côté "polar" aurait pu me plaire si le narrateur ne m'avait pas à ce point irrité. L'intrigue reste cependant un peu superficielle et le dénouement tombe un peu à plat. Certains passages se répètent un peu, comme les nombreuses excursions de Serge en forêt, ou ses rencontres avec ses lecteurs (des provinciaux qui ne connaissent rien à la littérature bien entendu…). Les personnages n'ayant jamais réussi à m'intéresser (pas plus Dora que Serge), disons même qu'ils m'ont horripilée, je n'ai pas réussi à accrocher à l'histoire. Et c'est sans regrets, tellement j'étais loin d'y trouver quelque chose de plaisant.

Beaucoup d'avis positifs pourtant… comme ceux de Eimelle, Delphine_Olympe, ou chez Clara et les mots, Estelle Calim… qui, parfois, se sont prises de sympathie pour Serge… Comme quoi, autant de lecteurs, autant de points de vue !

C'était la lecture du mois de mai de mon défi personnel de réduction de PAL (lue un peu tardivement). L'occasion de contribuer au rendez-vous d'Antigone et au challenge de l'été de Saefiel.



   

7 commentaires:

  1. J'avais été plutôt mitigée à la lecture de ce roman, contrairement aux avis que j'avais lus avant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, les avis étaient tellement enthousiastes que j'étais sûre de prendre plaisir à cette lecture : tant pis.

      Supprimer
  2. Il m'avait manqué quelque chose dans ce roman pour vraiment adhérer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui lui vaut ses 2 petites étoiles ;-)
      Il fait partie de la rentrée littéraire 2018 avec Chien-Loup… qui ne semble pas non plus recueillir l'unanimité des suffrages. Ce n'est peut-être pas un auteur pour moi...

      Supprimer
  3. Ah oui, hihi, les excursions se répètent et y a pas mal de nonchalance ... A l'image du village, non ? :)

    RépondreSupprimer
  4. Je me demande si ça n'a pas été pensé comme une sorte de farce. Cela dit ce genre de roman ne passe pas toujours non plus avec moi... Je comprends ta déception, surtout si tu t'attendais à autre chose.

    RépondreSupprimer
  5. Ce roman m'avait intriguée à sa sortie. Mais à te lire, je vais en rester là !

    RépondreSupprimer